Audi e-tron : bien freiner, pour aller loin

Audi e-tron : bien freiner, pour aller loin

Les adaptes de la compétition automobile doivent connaître l’adage selon lequel « il faut savoir freiner pour aller vite ». Aujourd’hui, l’ère de la mobilité électrique modifie l’adage qui devient : « il faut savoir freiner pour aller… loin ! ». Preuve avec l’imminent SUV électrique d’Audi, l’e-tron.

 

Selon le cycle WLTP (le dernier en date et donc plus proche des conditions réelles que le précédent NEDC trop favorable), l’Audi e-tron est capable de parcourir plus de 400 km avec une seule charge de la batterie. Pour y arriver, ce SUV électrique est notamment équipé du « concept de récupération d’énergie le plus innovant » du marché précise Audi. Vraiment ?

Pédale découplée

Ce qui rend le système retenu par Audi aussi efficace, c’est son système dit « d’activation hydraulique ». Concrètement, en plus des systèmes de récupération de l’énergie en roue libre que l’on retrouve déjà sur les modèles électriques actuels, lorsque le conducteur ralentit avec la pédale de frein de plus de 0,3 g le système d’activation électrohydraulique entre ici en service. Selon la situation de conduite, le système de contrôle des freins détermine alors de manière électrique pour chaque essieu si le véhicule ralentira via le moteur électrique, les freins des roues ou par les deux. La pédale de frein est ici découplée du système hydraulique. Ce qui permet à l’e-tron de récupérer de l’énergie cinétique à destination de ses batteries également lors des freinages plus appuyés. Dans les situations les plus favorables (lors de la descente d’un col de montagne, par exemple, comme celui de Pikes Peak aux Etats-Unis où Audi est allé « s’amuser »), cela permet de récupérer un kilomètre d’autonomie par kilomètre parcouru.

 

 


Publicité

Partager