Bicar, la mobilité alternative version suisse

Bicar, la mobilité alternative version suisse

Les solutions de micro-mobilité se multiplient ces derniers mois afin de répondre aux nouveaux besoins urbains. Mais il n’y a pas que les constructeurs traditionnels qui s’y intéressent, de petits constructeurs entendent aussi profiter de l’occasion pour se lancer. Comme avec cet original Bicar, par exemple.

 

Dernièrement, Seat a présenté sa vision de la micromobilité du futur avec le concept Minimo. Un quadricycle urbain dévoilé dans la foulée du concept de petite citadine sans permis Ami One de Citroën. Plus globalement, de nombreux nouveaux acteurs s’intéressent à cette thématique de la micromobilité électrique urbaine. Comme Micro Mobility Systems avec sa Microlino. Le dernier exemple en date s’appelle Bicar. Il se présente comme un engin à trois roues d’origine suisse.

Mobilité dépouillée

Plutôt dépouillé, le Bicar est clairement destiné à la mobilité urbaine pure. Sa fiche technique est d’ailleurs assez parlante avec un moteur électrique de seulement 2 kW. Il permet toutefois d’atteindre la vitesse réglementaire de 45 km/h. La petite batterie (seulement 6,1 kg) de 1 kWh ne doit, quant à elle, pas offrir une autonomie supérieure à une trentaine de kilomètres. Des panneaux solaires sont ajoutés sur le toit et le capot du véhicule pour alimenter les petits consommables électriques de bord.

Production en 2020

Ce véhicule, connecté et destiné à l’auto-partage, sera produit à trente exemplaires dès cet automne afin d’être testé dans quelques villes suisses en guise d’expérimentation. Sa mise en production « à grande échelle » est programmée, quant à elle, pour 2020.


Publicité

Partager

Poster un commentaire