BMW prépare son offensive hydrogène

BMW prépare son offensive hydrogène

BMW va tester sa technologie hydrogène, élaborée en partenariat avec Toyota, à partir de 2022 sous la carrosserie de son SUV X5. La production en grande série suivra ensuite, mais « au plus tôt dans la seconde moitié de cette décennie ».

 

La collaboration entre BMW et Toyota pour le développement de systèmes de propulsion à hydrogène remonte à 2013. Mais si le constructeur japonais s’apprête à mettre sur les routes la deuxième génération de sa Mirai à hydrogène d’ici quelques semaines, BMW prend davantage son temps avant de se lancer dans la production en série. « Bien que BMW Group n’ait aucun doute quant au potentiel à long terme de la pile à combustible, il faudra du temps avant que l’entreprise ne propose à ses clients une voiture de série utilisant cette technologie » tient en effet à souligner BMW. Avant d’ajouter que cette situation est principalement due au fait que toutes les conditions préalables et nécessaires à la généralisation de la propulsion à hydrogène ne sont pas encore réunies. « Selon nous, l’hydrogène en tant qu’énergie doit d’abord être produit en quantité suffisante et à un prix compétitif en utilisant de l’électricité verte » relève notamment BMW.

X5 en 2022

BMW se tient néanmoins prêt à ce que la propulsion à hydrogène devienne, à terme, le quatrième pilier de sa palette de chaines cinématiques à côté des moteurs thermiques, de l’hybridation rechargeable et de la propulsion électrique pure. BMW va ainsi tester sa chaine cinématique à hydrogène sur la génération actuelle de son SUV X5 à partir de 2022. Après cette petite série produite, BMW promet ensuite de lancer sa technologie à hydrogène BMW i Hydrogen NEXT sur le marché en grande série « dans la seconde moitié de cette décennie ».

Batterie en sus

Sans en communiquer tous les détails techniques, BMW lève un coin du voile sur les caractéristiques de sa chaine BMW i Hydrogen NEXT. On sait ainsi que la pile à combustible utilisée développe 125 kW (170 ch) mais qu’elle se complète d’une une batterie tampon supplémentaire afin d’apporter un complément de puissance en cas de besoin. La puissance totale du système pourra alors atteindre 275 kW (374 ch). Quand aux deux réservoirs, à 700 bars, installés dans le soubassement, ils peuvent embarquer 6 kg d’hydrogène. Ce qui garantit une « longue autonomie », peu importe les conditions climatiques, tout en permettant un ravitaillement qui « ne prend que trois à quatre minutes ».


Publicité

Partager