Emissions de CO2 : la moyenne en Europe augmente, à nouveau

Emissions de CO2 : la moyenne en Europe augmente, à nouveau

Après plusieurs années de diminution progressive, la moyenne des émissions de CO2 des véhicules neuf en Europe est repartie à la hausse. Une conséquence du désamour pour les mécaniques diesel. Mais aussi du succès des SUV.

Ce n’est pas un secret : depuis le dieselgate, le carburant gras est devenu la source de tous les maux. En Europe, sa part de marché a diminué sensiblement : -11,1% par rapport à son record de popularité, en 2011. Pour la première fois en dix ans, la moyenne des émissions de CO2 de voitures neuves immatriculées en Europe a augmenté. Si elle avait graduellement diminué de 159,1 g/km en 2007 à 117,8g/km en 2016, elle vient de remonter à 118,1 g/km pour 2017 selon les chiffres publiés par l’organisme spécialisé Jato. D’après les observations de ce dernier, cette augmentation s’explique par le déclin des mécaniques diesel au profit de moteurs à essence mais également par le succès grandissant des SUV, plus énergivores, sur nos marchés.

Toyota, numéro 1

Si le déclin des moteurs diesel est enclenché, jusqu’ici, c’est surtout au profit de l’essence. Le succès des motorisations alternatives s’accélère néanmoins doucement. Leur part de marché est passée de 3 à 5% entre 2016 et 2017. Notons d’ailleurs que c’est dorénavant Toyota, spécialiste de l’hybridation, qui affiche le niveau d’émission moyen le plus bas pour ses véhicules neufs vendus en Europe. Il devance ainsi Peugeot, ex-numéro 1, et Citroën.


Publicité

Partager