[Essai] Honda CR-V Hybrid, l’intéressante troisième voie !

[Essai] Honda CR-V Hybrid, l’intéressante troisième voie !

Honda abandonne la motorisation diesel de son précédent SUV CR-V au profit d’une intéressante mécanique hybride. Une mécanique qui combine la philosophie « électrique » du Mitsubishi Outlander PHEV au caractère « auto-rechargeable » défendu par le Toyota RAV4. Une troisième voie intéressante ?

 

La nouvelle génération du SUV CR-V de Honda hérite de la technologie hybride baptisée i-MMD (pour Intelligent Multi­Mode Drive) déjà proposée par la marque japonaise sur d’autres modèles en-dehors du marché européen. Comme son nom l’indique, cette solution permet de jongler entre différents modes de propulsion. En l’occurrence électrique, hybride ou thermique.

Electrique dans l’âme

Techniquement, cette chaine hybride embarque un moteur 2.0 l à essence, deux moteurs électriques (un gros et un petit) ainsi qu’une batterie compacte (1,5 kWh) installée sous le plancher du coffre (ce qui condamne l’option à 7 places proposée sur le CR-V à essence). Contrairement à la majorité des autres véhicules hybrides que l’on trouve sur le marché pour lesquels le moteur thermique est à l’occasion épaulé par un moteur électrique, le CR-V Hybrid n’utilise presque jamais son moteur thermique pour avancer. Dans la majorité des situations, c’est le moteur électrique principal qui anime le CR-V. Soit en puisant son énergie directement dans la batterie (qui se recharge toute seule lors des freinages) : c’est alors le mode de propulsion électrique. Soit en étant alimenté par l’électricité fabriquée par le moteur thermique au travers du deuxième petit moteur électrique utilisé comme génératrice : c’est alors le mode hybride.

Coup de pouce

Dans certains cas, le moteur thermique peut toutefois aussi se solidariser directement avec les roues avant. Honda a retenu cette possibilité pour les situations durant lesquelles le moteur thermique présenterait le meilleur rendement. C’est généralement le cas pour évoluer sur les plus grands axes (entre +- 90 et 120 km/h). En l’absence de boîte de vitesses, un simple embrayage permet alors de solidariser les roues antérieures au vilebrequin : c’est le mode thermique.

Tout en transparence

Sur le papier, tout cela paraît un peu complexe. Mais la bonne nouvelle, c’est que l’ensemble fonctionne de manière tout à fait transparente pour l’utilisateur. Et tout en souplesse ! Seul petit bémol : le moteur à essence donne parfois un peu trop de voix et semble « patiner dans la semoule » lors des grosses accélérations. Il se fixe en effet alors sur un régime plutôt élevé afin de fournir assez d’électricité pour alimenter le moteur électrique principal. Cette légère nuisance sonore apparaît aussi lors des démarrages à froid, en hiver. Le moteur thermique s’allume alors d’emblée et conserve un ralenti plutôt élevé pour monter ses fluides, et l’habitacle, rapidement en température. Mais, globalement, cet effet reste assez limité à l’usage. Dans la pratique, la sonorité du moteur thermique reste d’ailleurs moins présente qu’avec un système de transmission de type e-CVT que l’on peut retrouver dans le groupe Toyota.

6l/100 km

Sauf si l’on adopte un rythme de conduite exigeant, la consommation réelle de l’ensemble reste assez impressionnante. On peut facilement descendre vers les 6l/100km en usage réel. Pour un SUV d’un tel gabarit (l’espace à bord est véritablement royal !) qui n’impose pas d’être branché sur une prise à la moindre occasion, voilà qui est plutôt intéressant. En roulant davantage sur les autoroutes et en « travaillant » moins avec les palettes situées derrière le volant pour maximiser l’efficacité du freinage régénératif, l’appétit moyen du CR-V Hybrid pourra tout de même tirer vers les 8l/100 km.

De 34.830 € à 46.420 €

Honda propose la version hybride, en deux roues motrices, de son CR-V en trois exécutions : Comfort (34.830€) ; Elegance (37.310€) et Lifestyle (40.810€). Le premier niveau n’est pas proposé avec la transmission intégrale tandis que les deux autres nécessitent un supplément de 2.200€ pour s’adjoindre les services des roues postérieures motrices. Ici, pas question d’embarquer encore un moteur électrique supplémentaire. La transmission intégrale est assurée via un traditionnel axe mécanique. Au summum de la gamme du CR-V hybride, on retrouve une dernière ligne d’équipement baptisée Executive qui est réservée à la version 4X4. Généreusement équipée, elle s’affiche à 46.420€.

Conclusion

À exécutions identiques, la version hybride n’impose qu’un supplément de prix contenu de 840€ par rapport au CR-V 1.5i-VTEC Turbo à essence équivalent. Voilà qui est intéressant. D’autant plus que cette originale chaine hybride correspond bien à la philosophie du nouveau CR-V qui mise sur le confort de marche et la polyvalence d’usage recherchée pour un véhicule familial.

En résumé, notre avis sur le Honda CR-V Hybrid

PLUS

-Efficacité globale de la chaine hybride
-Consommation maîtrisée
-Rapport encombrement / habitabilité
-Coffre en retrait, mais toujours pratique

MOINS

-Effet moulin à café encore parfois présent
-Infodivertissement d’apparence datée
-Consommation sur les grands axes moins contenue

Fiche technique

Publicité

Partager

Poster un commentaire