[Essai] Smart Forfour EQ

[Essai] Smart Forfour EQ

Depuis qu’il décline sa citadine électrique Fortwo aussi en version à quatre places Forfour, Smart permet d’envisager les plaisirs de l’électromobilité en famille. La solution idéale pour rouler à l’électricité sans se ruiner ?

Quel constructeur peut se targuer de proposer une voiture électrique dans sa gamme depuis plus de dix ans ? Smart, par exemple ! Les premières Fortwo 100% électriques usaient en effet déjà leurs électrons dans la banlieue londonienne en 2007 ! Aujourd’hui, la famille électrique de Smart a bien grandi puisqu’on peut commander tant la pure citadine Fortwo en coupé que sa version cabriolet et même la variante à quatre places Forfour avec l’étiquette EQ (auparavant ED). Une version Forfour intéressante pour les (petites) familles puisque la rallonge de carrosserie n’impose qu’un supplément contenu, inférieur à 1.000€. Disponible à partir de 23.570€ (batteries comprises), la Smart Forfour EQ se profile dès lors comme l’une des voitures électriques les plus abordables du marché. Une affaire ?

Petite batterie

Fabriqué par la filiale du groupe Daimler, Deutsche Accumotive, le module de batterie lithium-ion installé dans les entrailles des Smart EQ ne cherche visiblement pas à suivre la tendance actuelle qui est plutôt à multiplier les kWh ! Au contraire, ce module se contente toujours de n’en stocker « que » 17,6 comme sur la précédente Fortwo ED lancée… en 2012 ! Si elle ne permet pas d’emmagasiner plus d’énergie, la batterie proposée sur la nouvelle famille EQ se montre tout de même un peu plus légère (-20 kg) et plus stable dans le temps. Smart propose d’ailleurs maintenant un certificat garantissant la performance de la batterie pendant 8 ans/100.000 km.

Moteur Renault

Que l’on commande la Forwto, la Fortwo cabriolet ou la Forfour en version EQ, on retrouve toujours la même machine électrique chargée d’animer les roues postérieures. En l’occurrence un moteur électrique de type synchrone développant 60 kW (82 ch) et 160 Nm. Un moteur fabriqué par le partenaire Renault (la Smart Forfour étant, pour rappel, un clone technique de la dernière génération de Renault Twingo !) que l’on retrouve sur la Zoé. Par rapport au moteur électrique d’origine Bosch installé sur les Smart électriques de la précédente génération, le moteur français affiche des performances légèrement supérieures (55 kW/75 ch et 130 Nm précédemment). Mais il s’offre surtout un chargeur intégré d’une puissance de 4,6 kW. Ce qui autorise une recharge en six heures via une prise domestique ou en 3h30 via une borne de recharge contre chaque fois 2 heures de plus avec la précédente Smart électrique à batterie identique. Notons qu’en option, Smart propose en outre maintenant un chargeur intégré de 22 kW permettant de récupérer 80% d’autonomie en seulement 45 minutes. À ne pas négliger si l’on envisage une utilisation plus intensive !

Pour la ville… seulement ?

Un peu plus lourde que sa petite sœur à deux places, la Smart Forfour EQ voit sa consommation moyenne passer de 12,9 à 13,1 kWh/100 km. Différence qui baisse le rayon d’action théorique de la Smart à cinq portes de 160 à 155 km. En pratique, il faudra tabler sur moins ! Au terme de notre semaine d’essai, en empruntant aussi des autoroutes, nous avons relevé une consommation moyenne réelle tournant autour des 18 kWh/100km. À ce rythme, il ne faudra donc pas espérer couvrir plus de 100 km d’une traite avec les 17,6 kWh contenus dans la batterie ! Sauf si l’on se plie à l’exercice de l’éco-conduite ou que l’on évolue principalement dans un milieu urbain. Dans ces conditions, on peut tabler sur une consommation moyenne oscillant entre 13 et 15 kWh/100 km. De quoi permettre d’espérer couvrir environ 130 km entre deux « shots » d’électricité.

Magique citadine

Intégrée au soubassement, la batterie ne modifie en rien l’habitacle de la Forfour. Compte tenu de l’encombrement réduit de la voiture, l’habitabilité et la modularité de la Forfour EQ paraissent vraiment surprenantes à l’usage. Contrairement à la Smart Fortwo EQ dont la ridelle inférieure de coffre renferme un espace de rangement pour les câbles de recharge, la Forfour EQ embarque un petit sac fixé par des velcros dans son (déjà petit) coffre de 185l. Il ne faudra pas hésiter à rabattre les deux sièges arrière pour jouir d’un plus grand coffre si ces derniers ne sont pas occupés.

En route, la version EQ séduit néanmoins directement. Le moteur électrique assure d’excellentes prestations tant pour se faufiler en ville que pour évoluer sereinement sur les grands axes à l’occasion (vitesse maxi fixée à 130 km/h). L’absence de boîte de vitesses rend également les accélérations très lisses et confortables. D’autant plus que l’insonorisation est globalement soignée. Il faudra juste composer avec un toucher de route assez ferme et plutôt inconfortable.

Conclusion

La Smart Forfour EQ conserve les caractéristiques de la variante thermique (comme une maniabilité incomparable pour la ville, par exemple) mais magnifie l’agrément de conduite grâce à son moteur électrique discret et performant. Il faudra, par contre, se contenter d’une autonomie réelle assez réduite. Certes, elle sera suffisante dans la majorité des cas pour une utilisation citadine. Mais elle cantonnera tout de même la Smart Forfour au rôle de seconde voiture du ménage. Autre bémol : le tarif a priori alléchant pourra vite grimper si l’on pioche dans le catalogues des options aux prix « premium ».

En résumé, notre avis sur la Smart Forfour EQ

PLUS

  • Conduite zen
  • Accélérations soutenues
  • Temps de recharge réduits
  • Technologie électrique à un prix « abordable »
  • Application disponible pour la configuration à distance

MOINS

  • Autonomie réelle limitée
  • Finition moyenne
  • Coffre petit (et encombré d’un sac pour les câbles)
  • Amortissement ferme
  • Coût final, options comprises

Fiche technique

 


Publicité

Partager