[Essai] Toyota Corolla, retraite bénéfique !

[Essai] Toyota Corolla, retraite bénéfique !

Mise à la retraite temporaire par l’Auris, la Corolla revient maintenant sous les projecteurs. Et, visiblement, elle a profité de ses vacances forcées… pour se mettre au sport !

Eclipsé durant deux générations d’Auris en Europe, le blason Corolla revient au cœur de la stratégie de Toyota de ce côté du monde. D’emblée, cette douzième génération de Corolla se présente sous trois variantes de carrosserie : une hatchback à 5 portes, un break baptisé Touring Sports ainsi qu’une berline à trois volumes Sedan dont la commercialisation débutera un peu plus tard, en avril. Dans les trois cas, on retrouve la récente plateforme modulaire GA-C de la famille TNGA (Toyota New Global Architecture) comme base technique. Ce qui permet de baisser le centre de gravité de cette Corolla de 10 mm et d’augmenter sa rigidité de 60% par rapport à sa devancière. Voulue plus agile et compacte, la hatchback présente un empattement un peu plus court que celui des variantes Touring Sports et Sedan. En l’occurrence : 2,64 m contre 2,7 m.

Coffre moyen / petit

L’habitabilité aux places arrière de la Corolla hatchback est donc un peu moins généreuse. Mais reste acceptable pour des gabarits « normaux ». En revanche, le volume de coffre de la Corolla hatchback est assez moyen puisqu’il ne présente que 361 l. « Pire » : il pourra même carrément descendre à seulement 313 l si l’on opte pour le bloc moteur 2.0 l hybride étrenné par cette nouvelle génération de Corolla. Plus encombrant que le moteur hybride 1.8 l, ce bloc 2.0 l impose en effet à la batterie 12 volts traditionnelle de quitter le compartiment moteur pour se loger sous le plancher du coffre.

Adieu diesel

Fidèle à la stratégie de Toyota d’abandonner les motorisations diesel, cette nouvelle Corolla ne reprend pas la mécanique diesel de la précédente Auris. Outre son moteur 1.2 l turbo essence proposé en guise d’offre d’accès, cette douzième génération de Corolla mise surtout sur l’hybridation pour séduire. Les clients pourront choisir entre deux solutions hybrides différentes. D’une part, on retrouve la cinématique hybride de « quatrième génération » de Toyota élaborée autour d’un moteur 1.8 l à essence. Soit celle que l’on retrouve déjà sur le SUV C-HR, par exemple. Elle développe, sous le capot de la Corolla, 122 ch en puissance cumulée et annonce une homologation CO2/km (NEDC corrélé) de seulement 76 g.

2.0 l hybride

Pour les conducteurs à la recherche d’une solution plus musclée, Toyota a développé une nouvelle motorisation hybride. Basée cette fois sur les principes de la cinquième génération d’hybride de Toyota, à l’instar du récent RAV4, cette chaine cinématique s’articule autour d’un bloc 2.0 l. La puissance cumulée atteint ici 180 ch. Mais l’homologation CO2/km (NEDC corrélé) reste assez limitée : 85 g seulement.

Transfigurée

Il ne faut pas rouler très longtemps pour noter la différence d’agrément entre ces deux mécaniques hybrides. La nouvelle mécanique 2.0 l transfigure la Corolla. Elle profite du dimensionnement plus généreux de sa partie électrique (80 kW/109 ch et 202 Nm) pour assurer une conduite plus souple et fluide qu’avec le 1.8 l hybride (53 kW/72 ch et 163 Nm). La Corolla 2.0 l hybride roule plus souvent et plus longtemps en mode électrique. Mais limite aussi bien plus efficacement l’effet « moulin à café » de la boîte e-CVT. Agréable en conduite urbaine ou coulée, le moteur hybride 1.8 l se montre moins à l’aise lors des relances un peu appuyées. Globalement, il se montre aussi plus bruyant à l’usage. Dans les deux cas, on atteint toutefois des consommations réelles assez impressionnantes. Sur base des informations affichées par les ordinateurs de bord lors de cette première prise en main, on peut tabler sur un appétit oscillant entre 4 et 5 l/100 km.

Démonstration convaincante

Peu importe la mécanique retenue, on appréciera le comportement routier de cette nouvelle génération de Corolla. L’évolution par rapport à l’Auris est indéniable. Ici, on commande un train avant vif via une direction précise tandis que le maintien de caisse est efficace. Pour les plus exigeants, Toyota propose en outre un amortissement piloté optionnel sur cette nouvelle Corolla.

À partir de 25.530€

La Corolla Hatchback est disponible en Belgique à partir de 22.450€ avec son moteur 1.2 l turbo à essence. La première version hybride (1.8 l) réclame, quant à elle, 25.530€. Uniquement disponible à partir du troisième niveau d’exécution (Style), richement équipé, la mécanique hybride 2.0 l est facturée au minimum 32.640€. Ce qui représente un supplément de 2.020€ par rapport au bloc 1.8 l hybride à exécution équivalente.

Conclusion

Peu importe la mécanique retenue, cette nouvelle génération de Corolla séduira grâce à son agrément de conduite et son équipement. En fonction de ses attentes, on s’orientera ensuite soit vers le 1.8 l hybride, plus accessible mais aussi plus sonore et affichant des performances « moyennes » ; soit vers le nouveau bloc 2.0l hybride plus agréable et performant. Mais aussi plus cher et réduisant sensiblement le volume de coffre disponible.

En résumé, notre avis sur la Toyota Corolla

PLUS

-Comportement routier (enfin) agréable

-Sobriété

-Homologation CO2/km

-Equipement disponible

-Agrément du bloc 2.0 l hybride

MOINS

-Coffre moyen voire petit en 2.0 l hybride

-Politique de niveau d’équipement

-Agrément mécanique du 1.8 l hybride sur les relances

 


Publicité

Partager

One Comment - Write a Comment

Poster un commentaire