Greencars ?

Inutile d’être naïf : la voiture 100% « verte » n’existe pas ! Peu importe son mode de propulsion, la modernité de son site d’industrialisation et son niveau de recyclage, une voiture produira toujours des émissions polluantes. Aujourd’hui, il est néanmoins possible de choisir un modèle dont les caractéristiques techniques correspondent mieux à son type d’utilisation pour limiter son impact écologique à l’usage. Tour d’horizon des différentes solutions techniques disponibles sur le marché :


Electricité

Si les voitures électriques tardent à se généraliser massivement, l’électrification du parc automobile devrait prochainement s’accélérer. D’une part, les marques premium vont se lancer à l’assaut de Tesla sur ce marché offrant des avantages fiscaux indéniables et, d’autre part, les marques généralistes annoncent l’arrivée de nombreux modèles plus accessibles. En s’offrant des batteries capables de stocker entre 40 et 60kWh, contre environ 25 kWh précédemment, ces futurs modèles devraient en outre assurer une autonomie réelle d’au moins 300 à 400 km. Voilà qui devrait progressivement aider l’électromobilité à décoller. D’autant plus qu’à l’usage, rouler à l’électricité s’avère peu onéreux. Et très simple dans la pratique : il suffit de positionner le levier sur « D » et d’appuyer sur l’accélérateur…

Avantages des véhicules électriques

  • Agrément mécanique : pas de bruit, pas de vibration
  • Accélérations vives (couple maxi disponible immédiatement)
  • Coût d’utilisation réduit
  • Pas d’émission polluante directe

Inconvénients des véhicules électriques

  • Prix d’achat toujours élevé
  • Temps de recharge important
  • Autonomie variable en fonction de la saison (température extérieure)

Hybride

En général, une voiture hybride possède deux types de moteur : un thermique et un électrique. Le moteur électrique est utilisé durant les phases pour lesquelles la puissance nécessaire pour avancer reste faible mais que la consommation de carburant d’un moteur thermique serait élevée (généralement aux basses vitesses et dans les embouteillages). Le moteur thermique prend, quant à lui, le relais quand la puissance développée par la partie électrique ou que la quantité d’énergie disponible dans les batteries deviennent trop faibles. Très large, la famille de véhicules hybrides comprend des solutions techniques à l’efficacité plus ou moins marquée. Plus le « taux d’hybridation » (autrement dit le rapport entre les parties électrique et thermique du véhicule) d’une voiture est élevé, plus les émissions polluantes sont réduites. Mais plus le système embarqué devient coûteux.

Avantages véhicules hybrides

  • Consommation réelle réduite en ville
  • Polyvalence d’usage conservée
Inconvénients des véhicules hybrides

  • Poids total élevé
  • Intérêt limité de l’hybridation en dehors des villes ou embouteillages

Hybride plug-in

Techniquement, les voitures hybrides plug-in se positionnent à mi-chemin entre les voitures thermiques classiques et les voitures 100% électriques. Par rapport aux hybrides classiques, les hybrides plug-in embarquent une batterie offrant une capacité de stockage plus généreuse et un moteur électrique plus puissant. Autre différence fondamentale : la batterie des hybrides plug-in ne se recharge pas exclusivement lors des phases de décélérations comme les hybrides classiques. Elles nécessitent une infrastructure de recharge externe. Cela leur permet néanmoins de rouler généralement entre 30 et 50 km sans consommer la moindre de goutte de carburant. On peut ainsi effectuer ses petits déplacements pendant la semaine en mode strictement électrique tout en conservant une voiture polyvalente capable d’avaler des centaines de kilomètres le week-end.

Avantages véhicules hybrides plug-in

  • Consommation de carburant quasi nulle si recharge régulière
  • Polyvalence d’usage conservée
  • Homologation CO2/km très basse
Inconvénients des véhicules hybrides plug-in

  • Poids total élevé
  • Prix encore prohibitif
  • Encombrement plus important des batteries

Gaz naturel (CNG)

Rouler « au gaz » n’est pas neuf. Cependant, jusqu’ici, l’expression désignait surtout les voitures brûlant du LPG (Liquified Petrol Gaz) et non du CNG (Compressed Naturel Gaz). Plus propre, c’est ce dernier qui a dorénavant le vent en poupe. En fait, il s’agit simplement du gaz de ville utilisé pour cuisiner ou se chauffer. Mais sous forme sensiblement plus compressée (250 à 300 bar). Il permet de diminuer sensiblement l’émission de particules fines par rapport au diesel et autorise également une réduction des émissions de CO2 par rapport à l’essence. L’utilisation de gaz naturel dans un moteur à essence classique impose, par contre, outre de légères modifications mécaniques, d’emporter des réservoirs assez encombrants. Dans la majorité des cas, on conserve en outre un petit réservoir d’essence pour permettre de continuer à rouler normalement si l’on ne croise pas une (encore trop rare) pompe délivrant de CNG.

Avantages du gaz naturel

  • Emissions polluantes en baisse
  • Autonomie totale (essence + CNG) confortable
  • Plein rapide
  • Carburant économique à l’usage
Inconvénients du gaz naturel

  • Stations CNG peu nombreuses (surtout en Wallonie)
  • L’autonomie strictement au gaz naturel généralement moyenne
  • Encombrement des réservoirs de gaz (pas de roue de secours, volume de coffre réduit)

Hydrogène

Si le concept de voiture à hydrogène n’est pas neuf, ce qui est nouveau, c’est que quelques constructeurs parviennent à réduire suffisamment l’encombrement et les coûts de la technologie pour envisager la production en série. Techniquement, grâce à une réaction chimique simple, une pile à combustible permet de convertir l’hydrogène gazeux (H2) stocké dans les réservoirs embarqués en électricité tout en ne rejetant que de la vapeur d’eau (H20). L’électricité est ensuite utilisée pour animer le véhicule. En pratique, une voiture à hydrogène est une voiture électrique capable de fabriquer elle-même sa propre électricité. Avec un réservoir de 5 kg d’hydrogène, on parcourt environ 450 km. Autre avantage de la formule par rapport à une voiture électrique traditionnelle : ici, lorsque le réservoir est vide, refaire le plein d’hydrogène ne nécessite que quelques minutes… si l’on trouve une pompe, bien sûr !

Avantages de la propulsion à l’hydrogène

  • Aucune substance polluante émise à l’échappement
  • Autonomie réelle confortable
  • Plein réalisé en quelques minutes
  • Agrément d’utilisation d’une voiture électrique
Inconvénients de la propulsion à l’hydrogène

  • Prix encore prohibitif de la technologie
  • Infrastructure de recharge embryonnaire (une seule pompe en Belgique)
  • Quid de l’impact énergétique de la production/distribution de l’hydrogène ?

Article publié le 20 décembre 2017