Voici le « coût » en CO2/km des SUV en Belgique

Voici le « coût » en CO2/km des SUV en Belgique

Le succès grandissant des SUV a poussé la fédération belge de l’automobile et du cycle (Febiac) à étudier leur impact. Ces engins surélevés représentent dorénavant 30% du marché belge. Et augmentent « légèrement » les émissions de CO2 du parc automobile. Mais dans quelle proportion ?

Aujourd’hui, une voiture sur trois immatriculée en Belgique est donc un SUV ! Un constat qui a poussé la fédération belge de l’automobile et du cycle (Febiac) à mener une enquête pour estimer l’impact de cette « caste », souvent vue comme anti-écologique, sur les émissions de CO2 de notre parc automobile national. Les responsables de la Febiac ont ainsi réalisé une simulation en partant de l’hypothèse que les SUV ne représenteraient non pas 30 % du marché des véhicules neufs mais 15 %. Soit leur taux de pénétration relevé chez nous il y a cinq ans.

+ 2 gr/km

Selon la simulation réalisée par la Febiac, les émissions de CO2/km moyennes des nouveaux modèles immatriculés en Belgique seraient alors inférieures de 2 grammes à ce qu’elles sont réellement aujourd’hui. Soit 113,8 g/km contre 115,8 g/km. Sur cette base, la Febiac souhaite finalement relativiser l’impact des SUV : « deux grammes, ce n’est pas négligeable, mais ce n’est pas non plus d’une ampleur telle qu’on puisse dire que ces véhicules réduisent à néant les progrès technologiques et la baisse du CO2 ». La fédération ajoute, d’ailleurs, que « cette « perte » de 2 grammes est inférieure à celle provoquée par le glissement que le marché opère actuellement vers les véhicules à essence ».

 


Publicité

Partager