Voitures à faible émission : un succès disparate en Europe

Voitures à faible émission : un succès disparate en Europe

L’Association des constructeurs européens d’automobiles (ACEA) a épluché les immatriculations de voitures à « faible émission ». Et souligne l’importante disparité de leur succès en Europe. Globalement, c’est au Nord et à l’Ouest qu’elles décollent le plus rapidement.

 

Pour cette étude, l’ACEA a listé les chiffres des voitures électrifiées (électriques, hybrides, hybrides rechargeables et à hydrogène) ainsi que celles fonctionnant au gaz naturel sur les marchés de l’Union Européenne. Par l’intermédiaire de ce tableau récapitulatif, l’ACEA tient à souligner la « très grande disparité » de pénétration de ces types de véhicules à faible émission d’un pays à l’autre. « Sur le chemin de la transition vers une mobilité à zéro émission, nous devons nous assurer qu’aucun pays ni aucun citoyen ne soit laissé pour compte » a commenté Eric-Mark Huitema, directeur général de l’ACEA.

Double division

Plus concrètement, l’ACEA souligne que les voitures hybrides sont ainsi particulièrement peu nombreuses en Europe centrale et orientale. Et du côté des voitures électriques, l’ACEA relève une double division : non seulement une division entre l’Est et l’Ouest comme pour les voitures hybrides, mais également une seconde division entre le Nord et le Sud. Or, conclut l’ACEA : « si nous voulons atteindre les objectifs extrêmement ambitieux en matière de CO2 de 2025 et 2030 fixés par l’UE, les ventes de tous les types de véhicules à propulsion alternative devront augmenter rapidement dans tous les États membres ».

© ACEA

Publicité

Partager

Poster un commentaire